Recrutement et emploi franco-allemand

Candidature en Allemagne

L’entretien d’embauche en Allemagne en 2020 : préparation, déroulement et suivi

Équipe FRADEO
 • 
13 décembre 2019

Le cabinet de recrutement ou la personne en charge du recrutement de l’entreprise que vous rêvez d’intégrer vous convie à un entretien d’embauche ? Félicitations ! Cela prouve que vous avez su les convaincre avec votre CV allemand et votre lettre de motivation.

À présent, tout l’enjeu est de leur prouver que vous disposez bel et bien des compétences escomptées, que votre motivation et votre engagement sont bien réels et que vous offrez une vraie valeur ajoutée à l’entreprise par rapport aux autres candidates et candidats.

Pour relever tous ces défis et décrocher le job de vos rêves en 2020, un seul et unique conseil : venez bien préparé ! Mais comment ? Par chance, l’entretien d’embauche en Allemagne (Vorstellungsgespräch ou Bewerbungsgespräch) tend à suivre un schéma bien établi. Les quelques astuces qui suivent devraient ainsi vous permettre de mieux vous préparer à cette étape ultime et ô combien décisive du processus de recrutement.

Préparation à l’entretien d’embauche en Allemagne

Hébergement et trajet

Question logistique, de nombreuses entreprises allemandes prennent en charge les frais de candidature (Bewerbungskosten). Il peut s’agir par exemple des frais de transport depuis votre ville ou lieu de résidence jusqu’au siège de l’entreprise. Certaines entreprises se proposent même de vous rembourser les frais d’hôtel pour la veille du jour de l’entretien, mais cela n’est ni systématique, ni obligatoire.

S’agissant du trajet depuis votre hôtel ou lieu de résidence jusqu’au lieu de rendez-vous, veillez à prévoir suffisamment de temps, en calculant dans votre itinéraire d’éventuels bouchons, afin de ne pas arriver en retard. Vous présenter en retard serait en effet interprété, en Allemagne encore plus qu’ailleurs, comme un manque de respect ou à tout le moins une mauvaise gestion du temps de votre part. Ainsi, mieux vaut prévoir d’arriver sur les lieux avec 5 ou 10 minutes d’avance pour parer à tout imprévu.Pensez également à avoir sur vous les coordonnées téléphoniques de la personne que vous allez rencontrer. En cas de retard, vous pourrez ainsi l'informer en temps et en heure.

Quel jour ? Quelle heure ?

Selon une étude, le jour de la semaine et l’heure idéale pour passer un entretien est le mardi en milieu de matinée (vers 10 heures du matin). Les débuts de semaine en entreprise démarrent en effet souvent sur des chapeaux de roues. Quant aux fins de semaines, les employés, y compris les personnes chargées du recrutement, se sentent souvent déjà en week-end et sont moins concentrées sur leur travail.

Il semble également que les candidats et candidates qui passent en dernier lors d’une sélection se voient offrir davantage d’attention de la part des personnes amenées à les juger. Raison de plus donc pour de ne pas fixer son entretien d’embauche aux toutes premières heures de la journée.

Les documents à emmener lors d'un entretien d'embauche en Allemagne

N’oubliez pas d’emmener avec vous une copie de votre dossier de candidature (Bewerbungsunterlagen), une copie de l'annonce si vous postulez suite à la parution d’une offre, ainsi qu’une une copie du mail d’invitation de l’entreprise.

Tâchez également de vous renseigner sur le nom de la personne qui vous fait passer l’entretien pour vous présenter convenablement dans le lobby de l’entreprise et pouvoir saluer nommément votre interlocuteur.

« La plupart des candidats et candidates se renseignent sur les réseaux sociaux sur leurs interlocuteurs. Cela les rassure et peut leur donner des informations complémentaires, voire un point commun avec la personne qu'ils vont rencontrer lors du processus de recrutement. Cela peut se révéler être un icebreaker idéal ou encore un moyen pour marquer des points de sympathie. »
Sylvie Larivière
Recruteur Senior chez Fradeo

Dans le cas où votre mémoire risquerait de vous faire défaut, notamment à cause du stress, nous vous invitons également à emporter avec vous une liste des questions les plus importantes que vous souhaitez poser à l’entreprise.

Quel code vestimentaire ?

Afin de réduire au maximum votre stress le jour J, préparez votre tenue vestimentaire la veille. Le dress code de rigueur pour un entretien d’embauche en Allemagne varie selon les secteurs d’activités et surtout la culture des entreprises. Costume cravate ou simple jeans et chemise, à vous de vous renseigner sur le style vestimentaire en vigueur sur votre futur lieu de travail.

Une constante néanmoins, même si vous adoptez une tenue décontractée, votre apparence doit être soignée. Vous devez être bien rasé, vos chaussures doivent être cirées, vos ongles propres, vos cheveux bien mis. Il s’agit également de trouver une tenue confortable, dans laquelle vous vous sentez à l’aise et n’avez pas l’impression d’être costumé.

« Le recruteur détecte en principe assez vite si vous êtes à l'aise dans vos vêtements et baskets. Il vaut mieux porter une chemise et un beau jeans qu’un costume cravate si vous n'avez pas l'habitude d’en porter. Vous risquez de jouer un rôle qui n'est pas le vôtre. Restez naturel. »
Sylvie Larivière
Recruteur Senior chez Fradeo

Aussi, tâchez de ne pas trop en faire, notamment en ce qui concerne le maquillage, les cravates fantaisistes, les couleurs flashys, les accessoires tapent à l’œil, etc. En la matière, la sobriété est votre meilleure alliée. Comme vous ne savez pas encore qui vous aurez en face de vous, il est aussi conseillé de retirer vos piercings et de camoufler vos tatouages le jour de l’entretien.

Mettez-vous (maintes fois) en situation

Gardez à l’esprit que mieux vous serez préparé, moins vous serez stressé le jour J. Une bonne stratégie consiste à évacuer tous ces petits problèmes de logistique, au moins 24 heures avant votre entretien, pour ne pas trop vous disperser et pouvoir vous concentrer sur l’essentiel le jour venu.

S’agissant du contenu de l’entretien, n’hésitez surtout pas à vous mettre en situation et à vous entraîner devant des proches à présenter votre parcours ainsi qu’à répondre aux questions classiques de l’entretien d’embauche. Vous pouvez également vous enregistrer en vidéo afin de corriger tous les petits détails dans votre attitude qui semblent vous décrédibiliser.

Dans ce but, nous vous avons préparé un florilège de questions qui reviennent le plus souvent lors de l’entretien d’embauche. Tenez compte des observations et critiques de vos proches et répétez ce petit jeu de rôle autant de fois qu’il le faudra jusqu’à ce que vous vous sentiez parfaitement à l’aise dans le costume du candidat ou de la candidate idéale. Pour autant, veillez à ne pas tomber dans le piège du discours appris par cœur qui ne laisse aucune place à la spontanéité.

Déroulement de l’entretien d’embauche en Allemagne

La plupart des entretiens en Allemagne durent en moyenne une heure. Ils peuvent durer plus longtemps si votre métier est très technique.

Il est donc hors de question d’improviser durant toute la durée de l’entretien. Les recruteurs ne sont que très rarement séduits par les candidats et candidates qui se montrent trop sûrs d’eux-mêmes et se présentent aux entretiens pour ainsi dire les mains dans les poches. Quand bien même vos compétences et références seraient impressionnantes, vous n’êtes donc aucunement dispensé de faire l’effort de vous préparer à ce rendez-vous. Projetez-vous dans les différentes étapes de l’entretien telles que présentées ci-dessous pour prouver aux recruteurs que vous êtes vraiment motivé.

L’entrée en scène

Les toutes premières secondes de l’entretien sont décisives pour la suite du rendez-vous. Si la première impression que vous donnez est positive, votre interlocuteur tendra en effet à interpréter tout ce que vous dites et faites dans l'heure suivante sous un jour positif. Les psychologues appellent ce phénomène de biais cognitif, qui peut être positif ou négatif, l'« effet de halo ». Ainsi, un effet de halo positif dès les premières minutes de l’entretien vous permettra de franchir plus facilement les prochaines étapes, d’où l’importance de votre tenue vestimentaire mais aussi de tout ce qui a trait à votre langage corporel.

Gardez-vous bien de surgir dans la salle d’entretien en fonçant main tendue vers votre interlocuteur. Ne donnez jamais l’impression que vous êtes en territoire conquis. Par exemple, veuillez attendre qu’on vous y invite pour vous asseoir.

La poignée de main

Dites « Bonjour Monsieur / Madame XXX » (renseignez-vous auparavant sur le nom de la personne qui vous fait passer l’entretien) et tendez-lui la main. Essayez d’avoir une poignée de main franche et assurée, ni trop molle, ni trop moite. Serrez la main de votre interlocuteur plutôt que de la secouer !

De manière générale, souvenez-vous que les Allemands ne sont pas réputés pour leur familiarité ni pour leur goût du contact corporel. Tenez-vous en à une simple poignée de main. Avec votre main libre, n’essayez pas de saisir l’avant-bras ou l’épaule de votre recruteur, ni de recouvrir sa main tendue pour le « mettre en confiance ». De manière générale, Allemagne oblige, tâchez de garder vos distances. Même si la boîte est cool et que tout le monde se tutoie d’emblée, retenez vos ardeurs de Français et n’insistez pas pour faire la bise à tout le service !

Le sourire

Tâchez de sourire et de paraître sympathique, mais n’affichez pas non plus de sourire forcé comme dans les publicités au risque de passer pour un idiot. Si sourire n’est pas votre fort, ne vous forcez pas, contentez-vous de rester naturel.

Le regard

Essayez de capter le regard de votre interlocuteur. N’ayez pas le regard fuyant mais regardez la personne droit dans les yeux. Si vous êtes trop impressionné, une astuce consiste à regarder entre ses deux sourcils. Mais attention, ne soyez pas trop insistant non plus ! La plupart des gens jugent un regard qui dure plus de 3 secondes très désagréable. N’essayez pas d’hypnotiser votre recruteur, cela ne marchera pas !

La posture

Tenez-vous le dos bien droit tout au long de l’entretien, que vous vous teniez assis ou debout. Les bras croisés, les mains dans les poches, les jambes en équerre sont à proscrire absolument ! Nous ne nous étendrons pas davantage sur le fait de mâcher du chewing-gum ou de ne pas éteindre son téléphone portable durant l’entretien puisqu’il s’agit de simples questions de savoir-vivre.

Les psychologues ont en outre mis en évidence le fait que la plupart des gens apprécient… ceux qui leur ressemblent ! Une astuce consiste à vous conformer aux mouvements et postures de la personne que vous avez en face de vous. Tâchez de vous asseoir de la même manière qu’elle. Penchez-vous lorsqu’elle se penche. Buvez une gorgée d’eau lorsqu’elle se désaltère, etc. Mais attention, soyez subtil et faites très attention à ne pas singer votre interlocuteur au risque d’instaurer un très grand malaise !

Prenez des notes

Une bonne astuce pour paraître sérieux et concentré est de prendre des notes durant l’entretien. De plus, ces notes vous permettront de mieux travailler vos futurs entretiens dans le cas où celui-ci ne s’avérait pas concluant. Attention, ces notes doivent être très concises : ne grattez pas des pages et des pages et ne restez surtout pas le nez dans vos papiers tout au long de l’entretien !

Jouer avec un stylo entre vos doigts est aussi une excellente manière d’évacuer le stress mais ne faites pas cliqueter votre stylo bille sans arrêt au risque d’irriter la personne que vous avez en face de vous !

Aussi, lorsque nous vous recommandons de prendre des notes, soyons clair, nous parlons exclusivement de notes sur papier. Exit donc le smartphone ou la tablette. Même si vous candidatez dans une startup de la nouvelle économie, pianoter sur votre appareil donnerait au recruteur l’impression désagréable de dialoguer avec un mur.

La voix

Il vous faut poser votre voix dès les premières minutes de l’entretien. Ne parlez ni trop fort ni trop doucement. Tâchez de vous exprimer clairement et de ne pas bafouiller. Utilisez des phrases courtes et employez les mots-clés de l’annonce et du poste visé. Si vous passez l’entretien en allemand ou en anglais, il est très important d’employer des structures grammaticales simples que vous maîtrisez parfaitement. Ne rendez pas l’exercice plus difficile qu’il ne l’est déjà.

Entraînez-vous avec vos proches, si possible des natifs de langue allemande ou anglaise, pour bâtir un discours fluide et bien rythmé qui soit agréable à l’oreille. N’essayez pas de réciter des tournures apprises par cœur. Ne vous focalisez pas trop sur votre accent. Pourvu que votre discours soit intelligible, la plupart des Allemands le trouveront charmant.

Si vous êtes trop stressé, il existe des techniques de respiration qui vous aideront à mieux poser votre voix. Une autre technique pour dédramatiser la situation et rebondir plus facilement consiste tout simplement à verbaliser votre stress. Dites à votre recruteur que vous êtes un peu nerveux, cela ne vous rendra que plus humain et sympathique à ses yeux.

Cas particulier : l’entretien téléphonique ou par vidéo-conférence

Dans le cas d’un entretien téléphonique, bien évidemment, le ton de votre voix est d’autant plus important.

Trouvez un endroit tranquille pour mener la conversation téléphonique. Ce lieu doit être exempt de distractions pour que vous puissiez être bien concentré tout au long de l’entretien. Si votre entretien se déroule via vidéo-conférence, il vous faut trouver un lieu qui donne de vous une image professionnelle. L’éclairage et l’arrière-plan doivent notamment être avantageux.

Tenez-vous debout pendant la conversation. Même si votre interlocuteur ne vous voit pas, votre tonalité sera plus active et votre timbre de voix plus sûr que si vous vous tenez affalé. Et surtout, n’oubliez pas de sourire, cela s’entend à travers le téléphone !

Enfin, côté logistique, assurez-vous que votre téléphone soit suffisamment chargé et que vous disposez d’une prise de courant à proximité. Si vous appelez via Skype ou tout autre logiciel de téléphonie, il vous faut également vérifier avant de prendre l’appel que votre casque, votre micro et votre connexion internet fonctionnent parfaitement.

Le small talk

Avant de passer au vif du sujet, les recruteurs, qui ne sont pas des machines, essaient de créer une situation propice à l'échange et de mettre les candidates et les candidats à l’aise.

Quels sujets aborder ?

Le recruteur peut, par exemple, formuler un commentaire sur la météo du jour ou vous demander si vous avez facilement trouvé les locaux. Vous êtes également libre de faire un bref commentaire, si possible flatteur, sur l’aménagement des locaux ou sur les changements opérés dans la ville depuis votre dernière visite.

Mais ne vous attardez pas trop sur cette partie de l’entretien, au risque de perdre du temps inutilement. Donnez des réponses concises afin d’entrer dans le vif du sujet aussi rapidement que possible. Bref, vous l’aurez compris, ce n’est ni l’endroit ni le moment de vous lancer dans une discussion philosophique !

Quelle boisson prendre ?

Une fois ces amabilités de rigueur échangées, le recruteur devrait vous inviter à prendre place et vous demander si vous désirez boire quelque chose. Dites oui! Demandez un café ou un thé et pas quelque chose de trop compliqué comme un jus de goyave ! Si la théine et la caféine ont tendance à trop vous énerver, demandez simplement un verre d’eau. L’eau est idéale pour soulager votre gorge sèche sachant que vous allez devoir parler pendant une heure, mais surtout, boire une gorgée d’eau de temps en temps vous permettra de gagner du temps pour réfléchir durant l’entretien. Vous pourrez ainsi formuler des réponses encore plus percutantes et structurées aux questions qui vous seront posées.

Présentation de l’entreprise par le recruteur

Par convention, en Allemagne, le recruteur déclare l’entretien ouvert en déclarant avoir bien pris connaissance de votre dossier de candidature et être intéressé par votre profil - sans quoi, n’est-ce pas, vous ne seriez pas là aujourd’hui.

Il se peut qu’il vous livre une brève présentation de l’entreprise et des besoins du poste de manière un peu plus précise que dans l’annonce. Auquel cas, soyez très attentif aux nouvelles informations que cette présentation peut contenir. Il est en effet très important que vous ne posiez pas de questions durant la suite de l’entretien sur des points déjà évoqués par le recruteur.

Il se peut aussi que le recruteur décide de passer directement à l’étape suivante. En effet, de plus en plus d’entreprises exigent des candidates et des candidats qu’ils se soient suffisamment renseignés avant de se présenter à l’entretien. Cet effort de préparation sera toujours perçu comme un gage de sérieux et de motivation de votre part.

Présentation du candidat par lui-même

Phrases d’introduction

Le candidat est ensuite invité à donner une courte présentation de lui-même, de son parcours professionnel et de ses motivations à rejoindre l’entreprise.

Le recruteur peut aborder cette partie de l’entretien de diverses façons :

Le recruteur peut aussi se montrer plus explicite :

Car en définitive, c’est bien cela qui l’intéresse. Soyez préparés à ce type de questions très directes pour ne pas être déstabilisé le jour de l’entretien.

Contenu de la présentation

Au niveau du contenu il s’agit donc de vous présenter en répondant aux questions suivantes :

Structure : ich bin, ich kann, ich will

Pour vous aider à structurer votre présentation, une astuce très simple consiste à suivre le schéma « ich bin, ich kann, ich will ».

Dans une première partie, présentez de manière synthétique qui vous êtes (« ich bin ») : âge, nationalité, langues maîtrisées, diplômes, expériences à l’étranger.

Dans une seconde partie, exposez ce que vous savez faire (« ich kann ») en veillant à toujours mettre en parallèle vos compétences avec les besoins du poste. Ce faisant, ne vous contentez pas de formules toutes faites comme « je n’hésite pas à sortir de ma zone de confort » mais efforcez-vous toujours d’illustrer vos compétences par des exemples concrets.

Enfin, dans une dernière partie, exposez au recruteur les raisons qui vous poussent à candidater pour ce poste précisément et dans cette entreprise en particulier (« ich will »).

Il convient donc de prendre de la hauteur sur votre parcours professionnel et de parvenir à en dégager le fil rouge. Le recruteur devrait pouvoir distinguer en filigrane votre valeur ajoutée pour l’entreprise, c’est à dire ce qui vous distingue des autres candidates et candidats.

On voit donc bien qu’il ne s’agit pas de suivre l’inspiration du moment. Nous ne saurions trop vous conseiller de bien préparer à l’écrit cette présentation. Présentez-vous à l’oral devant vos proches de langue allemande, plusieurs fois si nécessaire.

Pour autant, il ne faut pas donner l’impression que vous répétez par cœur votre présentation. Au contraire, vous devez vous exprimer de la manière la plus naturelle possible. Si cela peut vous rassurer, vous pouvez avoir sous les yeux une liste des principaux points de votre présentation durant l’entretien. Mais tâchez de ne jamais perdre le contact (notamment visuel) avec votre auditeur !

Questions du recruteur au candidat

La prochaine étape de l’entretien doit permettre au recruteur d’éclaircir certains points de votre présentation ou de votre dossier de candidature. Il existe quantité de questions qu’un recruteur peut poser à un candidat et il serait vain de prétendre pouvoir vous en donner une liste exhaustive. Néanmoins, on constate que certaines questions reviennent très souvent lors de l’entretien d’embauche allemand. C’est pourquoi, vous avez tout intérêt à vous entraîner à y répondre.

Questions typiques au cours d'un entretien d'emploi en Allemagne

Questions sur vos compétences

Avant toute chose, il est impératif que vous connaissiez votre CV sur le bout des doigts. Oubliez le nom d’une entreprise pour laquelle vous avez travaillé ou le titre d’une position que vous avez occupée et le recruteur pourrait en effet penser que vous avez menti dans votre CV !

Plus votre CV est riche, plus le recruteur vous invitera à en préciser certains points. Répondez aux questions qu’il vous pose en donnant des exemples concrets et si possible chiffrés de vos réalisations. Dans la mesure du possible, essayez toujours de présenter vos compétences en lien avec les besoins du poste.

Questions techniques

Selon le niveau de technicité du poste que vous convoitez, les questions posées peuvent se révéler très compliquées. Pour ce type d’entretien, il est fréquent que le recruteur soit secondé par un membre de l’équipe que vous comptez intégrer. Prouvez-leur que vous êtes vous aussi un professionnel en faisant preuve de clarté et de précision dans vos réponses et en utilisant le vocabulaire technique spécifique à votre secteur d’activité.

Questions sur votre manière de travailler en équipe

Les recruteurs allemands posent souvent des questions afin d’évaluer les compétences sociales (maîtrise de soi, fair play, empathie, etc.) et la capacité à travailler en équipe (réaction en situation de conflits, etc.) des candidates et des candidats. Ces questions peuvent être par exemple :

Là aussi, la meilleure façon de convaincre le recruteur que vous possédez bel et bien ces compétences « douces » est de lui donner des exemples de situations concrètes issues de votre parcours professionnel dans lesquelles vous avez mis en œuvre de telles compétences.

Questions sur l’entreprise, son secteur, ses produits

Les recruteurs peuvent aussi poser des questions plus pointues comme :

Avec ce type de questions les recruteurs testent la motivation des candidates et des candidats, en vérifiant qu’ils se sont bien préparés. D’où l’intérêt de bien faire vos recherches sur l’entreprise, son actualité, et celle de son secteur avant de vous présenter à l’entretien !

Questions classiques

Quels sont vos points faibles ? (« Wo liegen Ihre Schwächen? »)

Classique parmi les classiques de l’entretien d’embauche, il existe plusieurs manières de répondre à cette question. L’une d’entre elles consiste à invoquer un défaut réel, mais qui n’a aucune incidence sur le poste visé. Par exemple, si vous êtes comptable, vous pouvez aisément avouer une difficulté à parler devant un auditoire. Une autre astuce consiste à avouer une faiblesse, qui est en fait un atout pour le poste. Par exemple, si vous êtes commercial itinérant, ne pas supporter d'être enfermé dans un bureau est quelque chose de plutôt positif.

Notre conseil ? Soyez honnête ! Ne dites pas que votre plus grand défaut est d’être trop perfectionniste ! Cherchez bien : vous devez bien avoir des défauts ! Faites preuve d’autocritique et prouvez au recruteur que vous savez identifier et surtout corriger ces faiblesses.

Où vous voyez-vous dans 5 ans ? (« Wo sehen Sie sich in 5 Jahren? »)

Avec ce type de questions, les recruteurs tentent d'évaluer votre engagement. En effet, le processus de recrutement, d'intégration et de formation des nouveaux employés représente un investissement très coûteux pour les entreprises. C’est pourquoi, elles voient d’un très mauvais œil que leurs recrues puissent partir à la concurrence.

Même si c’est votre projet, gardez-vous donc bien de répondre que dans 5 ans vous comptez avoir monté votre propre entreprise ! En effet, il ne faut jamais donner l’impression que vous utilisez ce poste comme un simple tremplin pour votre carrière.

Bien sûr, ne répondez pas non plus que vous n’avez aucune idée de là où vous serez dans 5 ans et que vous préférez vivre au jour le jour - cela ne fait pas très sérieux !

N’hésitez pas à vous renseigner avant l’entretien sur les possibilités de formations et les perspectives d’évolution offertes par l’entreprise. Durant l’entretien, n’hésitez pas à faire le point avec le recruteur pour savoir exactement où vous mettez les pieds. Vous éviterez ainsi de grandes contrariétés dans votre évolution professionnelle future. Dans l’idéal, vos ambitions et le système de promotion mis en place par l’entreprise devraient en effet coïncider.

Questions délicates

Questions critiques

Préparez-vous également à répondre à des questions plus délicates, notamment si vous avez un « trou » de plusieurs mois dans votre CV ou si vous n’avez pas terminé telle ou telle formation. Là aussi, sachez qu’en la matière, l’honnêteté est toujours récompensée. Dites-vous bien que les recruteurs ne courent pas après les licornes ! Ce qu’ils recherchent, ce ne sont pas des personnes qui n’ont jamais fait d’erreur, mais plutôt des personnes qui savent identifier et surtout tirer des conséquences de leurs erreurs.

Questions « originales »

Le recruteur peut aussi être amateur de psycho-tests et vous poser des questions comme « Welches sind die drei wichtigsten Grundwerte für Sie? » (Quelles sont pour vous les trois valeurs les plus importantes ?) ou « Welche fünf Gegenstände würden Sie auf eine einsame Insel mitnehmen? » (Quels sont les cinq objets que vous emporteriez sur une île déserte?). Si ce type de questions vous agacent et que vous ne voyez pas franchement le rapport avec votre candidature, n’en laissez rien paraître ! Essayez de le prendre avec humour et tâchez de répondre de manière spirituelle !

Autre grand classique de questions-pièges censées décontenancer les candidates et les candidats, la mise au défi : « Verkaufen Sie mir diesen Kugelschreiber! » (Vendez-moi ce stylo !) qui a eu un temps son petit succès pour les métiers de la vente. Si vous êtes confronté à ce type de mise à l’épreuve, là aussi, ne vous laissez pas déstabiliser : ce type de questions vise précisément à évaluer votre résistance au stress.

Cela étant dit, le domaine du recrutement a énormément évolué ces 15 dernières années. À l’heure des réseaux sociaux et des évaluations réciproques, un entretien d’embauche catastrophique peut se révéler hautement préjudiciable pour l’image de marque d’une entreprise. C’est la raison pour laquelle les professionnels des relations humaines tendent de plus en plus à placer l’expérience du candidat au cœur du processus de recrutement dans un souci de bienveillance et de transparence.

Questions illicites

Notez enfin que, comme en France, en Allemagne, en raison des lois anti-discriminatoires, de nombreuses questions sont illicites, concernant votre orientation sexuelle ou politique, votre état de santé, votre appartenance associative, religieuse, syndicale, etc.

Questions du candidat à l’entreprise

Lors de la phase finale de l'entretien, à la question « Haben Sie noch Fragen? » (Est-ce que vous avez d'autres questions ?) ne vous avisez surtout pas de répondre par la négative ! En effet, pour les recruteurs, poser des questions, à condition bien sûr que celles-ci soient pertinentes, est un signe de motivation (et d’intelligence) de la part des candidats et des candidates.

Quelles questions faut-il poser ?

Il vous faudra donc impérativement préparer une liste de 3 ou 4 questions à poser au recruteur avant de vous rendre à l'entretien. Il est également tout à fait judicieux d’en noter de nouvelles au cours de l’entretien. Demander des précisions sur des points précédemment évoqués par le recruteur (notamment lors de sa présentation de l’entreprise) prouve que vous avez été attentif à son exposé, que vous êtes réellement intéressé par le poste et que vous vous projetez déjà dans celui-ci.

Ces questions vous permettront non seulement de rendre l’entretien plus dynamique mais aussi de vous renseigner sur des points précis comme sur vos responsabilités futures, vos chances d'évolution dans l’entreprise, les caractéristiques de l'équipe que vous allez intégrer, etc. Une fois rentré chez vous, à la lumière de ces informations, vous pourrez ainsi vous décider en toute connaissance de cause pour telle ou telle entreprise.

Quelles questions faut-il éviter ?

A contrario, il ne faut surtout pas poser de questions sur des points dont la réponse a déjà été donnée par le recruteur durant l’entretien.

Plus généralement ne posez pas de questions « bêtes » sur des points dont vous devriez déjà connaître la réponse. Par exemple ne posez pas de questions sur les produits que commercialise l’entreprise, sur son nombre d’employés ou son chiffre d’affaire. Toutes ces informations sont en effet disponibles sur le net. Si vous vous étiez suffisamment renseigné avant de venir à l’entretien, vous en connaîtriez déjà la réponse.

Questions sur le salaire

Évitez les questions sur le salaire et les avantages divers (voiture de fonction, jours de congés, abonnement au club de fitness, possibilités de télétravail, etc.) liés au poste. Cela donnerait l’impression au recruteur que vous êtes plus intéressé par les à-côtés du poste que par ses responsabilités.

Par convention, la question du salaire ne peut être évoquée que par le recruteur. Par contre, s’il vous pose la question de vos prétentions salariales, il vous faut être en mesure de lui répondre. Il est conseillé de vous préparer à répondre à cette question mais cela ne veut pas dire pour autant que c’est à vous d’évoquer le sujet.

De manière générale, rappelez-vous que c’est le recruteur qui guide l’entretien. N’essayez donc pas de prendre l’ascendant sur l’échange mais essayez plutôt de vous adapter à la personne que vous avez en face de vous.

Questions sur la formation

Par contre, il est de bon ton de demander quelles sont les possibilités de formation offertes par l’entreprise. Vous réaffirmez ainsi subtilement votre intérêt à travailler pour cette entreprise sur le long terme et votre volonté de progresser.

En la matière, mieux vaut poser des questions ouvertes que fermées. Les questions ouvertes sont des questions auxquelles on ne peut pas répondre par oui ou par non, elles donnent donc une latitude plus grande à votre interlocuteur. Ne dites donc pas « Votre entreprise offre-t-elle des offres de formation à ses employés ? » mais plutôt « Quelles sont les offres de formation offertes par votre entreprise ? ».

Questions sur le recrutement

Une autre bonne manière de signifier au recruteur que vous êtes réellement intéressé par le poste est de lui demander quelles sont les prochaines étapes du processus de recrutement : « Bis wann ist eine Entscheidung über die Besetzung der Stelle zu erwarten? » (À partir de quand puis-je me espérer avoir une réponse de votre part ?).

Pour autant, ne demandez jamais au recruteur un retour immédiat sur votre prestation : « Was meinen Sie, wie meine Chancen stehen, den Job zu bekommen? » (Quelles sont mes chances de décrocher le job ? »). En effet, le recruteur ne soumet son appréciation à l’entreprise qu’une fois rencontrés tous les candidats et les candidates.

Aussi, ce n’est pas lui qui en dernière instance décidera de vous embaucher plutôt qu’un autre. Il est donc inopportun de lui demander : « Sind Sie derjenige, der über meine eventuelle Einstellung entscheidet? » (Est-ce vous qui décidez de mon éventuelle embauche ? »).

Le suivi de l’entretien d'embauche allemand

Nous vous conseillons d’envoyer un e-mail de remerciement au recruteur juste après l'entretien. Rappelez-vous à son bon souvenir en le remerciant pour son temps, sa disponibilité et le caractère sympathique et informatif de l’échange.

Si dans un délai de deux semaines après votre entretien d'embauche, vous n'avez toujours pas reçu de nouvelles du recruteur, il est légitime de le relancer pour lui demander où en est votre dossier.

Mais veillez bien à respecter ce délai de deux semaines minimum avant de vous manifester au risque de passer pour un harceleur. En effet, dans la plupart des entreprises, le processus décisionnel en terme de recrutement prend en moyenne entre 2 et 6 semaines.

Nous espérons que cet article vous aura éclairé sur la préparation, le déroulement et le suivi de l’entretien d’embauche en Allemagne. Ces quelques conseils devraient vous aider à mieux anticiper votre prochain rendez-vous, que nous vous souhaitons concluant.

Enfin, s’il est une dernière astuce que nous souhaiterions vous donner pour décrocher le job de vos rêves, c’est d’éviter de penser que vous êtes en compétition avec un nombre élevé de personnes. Une étude montre en effet que cette prise de conscience par les candidats et candidates tend à les rendre moins performants.

Dites-vous que si vous êtes arrivé si loin dans la sélection, c’est que vous pouvez légitimement prétendre au poste de vos rêves. Mais si vous souhaitez que le recruteur vous fasse confiance, il faut commencer par avoir confiance en vous.

Équipe FRADEO

Équipe FRADEO

Cabinet de recrutement franco-allemand