Recrutement et emploi franco-allemand

Candidature

9 façons de compromettre vos chances en entretien d’embauche

Stéphanie MEY
 • 
8 avril 2019

Chez Fradeo, nous avons à cœur d'accompagner nos candidats et nos candidates dans leur carrière en leur faisant bénéficier de notre expérience. Nous avons donc décidé de vous livrer un retour de terrain détaillé des nombreux entretiens que nous avons menés afin de vous éclairer sur ce qui peut être préjudiciable à un candidat en entretien. Depuis les coulisses du recrutement, vous devriez être en mesure de mieux percevoir les enjeux de l'entretien d'embauche.

Il nous est en effet trop souvent arrivé de ne pas présenter un candidat ou une candidate à une entreprise car la personne n'avait pas su nous convaincre lors de l'entretien, quand bien même son profil cadrait parfaitement avec le poste. Pour ne pas gâcher inutilement vos chances, nous avons établi une liste des 9 écueils à éviter impérativement en entretien d'embauche.

1 - Oublier pour quel poste vous avez postulé.

Certains comportements ont le chic pour faire perdre d'emblée toute crédibilité à un candidat ou à une candidate.

« Il m’est déjà arrivé qu’au cours d’un premier contact téléphonique, à la question « en quoi pensez-vous correspondre au poste ? », la personne se mette à bafouiller avant de demander d’une voix hésitante de quel poste au juste j’étais en train de lui parler… »
Sylvie Larivière
Recruteur Senior chez Fradeo

Si vous avez déposé plusieurs candidatures auprès du même cabinet ou de la même entreprise, assurez-vous de ne pas confondre les différents postes lors de votre premier contact avec le recruteur. Pensez également à bien vous renseigner en amont sur les activités de l’entreprise ou du cabinet qui vous contacte afin de savoir exactement où vous mettez les pieds.

« J’ai eu des candidats qui ne prenaient même pas le temps de se renseigner sur les activités de Fradeo et semblaient tomber des nues en entretien lorsqu'ils découvraient que nous n’étions pas une entreprise qui embauche pour ses propres besoins, mais bien un cabinet de recrutement ! »
Sylvie Larivière
Recruteur Senior chez Fradeo

Il va sans dire qu’un manque aussi flagrant de préparation ne peut avoir qu'un impact négatif sur notre appréciation. Le fait qu’un candidat ou une candidate fasse l’effort de bien préparer son entretien prouve à nos yeux que nous avons affaire à une professionnelle, motivée et déterminée. Or, une personne que sait clairement ce qu’elle veut et où elle veut aller, a aussi une idée claire du type de poste qu’elle veut décrocher.

2 - Postuler à plusieurs offres même si elles ne correspondent pas à votre profil.

En matière de candidature, la qualité l'emporte toujours sur la quantité. Une personne ayant un projet professionnel clairement défini n’envoie pas de candidatures aux quatre vents pour des postes qui ne correspondent que de très loin à son profil professionnel. Si vous avez une entreprise ou un cabinet de recrutement précis en ligne de mire, il sera toujours plus payant d’envoyer une seule candidature spontanée faisant clairement état de vos ambitions, plutôt que de répondre à n'importe quelles annonces en submergeant l’entreprise ou le cabinet convoité de candidatures superflues qui vous décrédibilisent.

Vous seriez également bien avisé de ne postuler aux offres d'emploi que lorsque vous êtes certain de disposer des qualités requises telles que spécifiées dans l'annonce. Si un poste exige par exemple que vous maîtrisez couramment l’allemand et qu'il se révèle au cours de l'entretien que vous ne disposez que de connaissances de base, il y a fort à parier que nous vous en tenions rigueur.

3 - Postuler à un poste sachant que vous êtes peu disponible pour la suite du processus.

Un autre comportement qui nous fait douter sérieusement de la motivation d’une personne en recherche d'emploi, c’est lorsque celle-ci se porte candidate tout en sachant pertinemment qu'elle ne sera pas disponible dans les semaines suivant sa candidature. Les candidats et les candidates se doivent en effet d'être disponibles dans les semaines qui suivent l'acceptation de leur dossier car ils seront éventuellement conviés à des entretiens organisés avec l’entreprise cliente. Si par exemple vous vous trouvez en voyage d'affaires, il vaut donc mieux nous communiquer directement vos disponibilités, de sorte à ce que nous puissions être assez réactifs pour organiser des dates d'entretiens alternatives.

En fin d’entretien, il n’est pas rare que nous vous demandions des documents supplémentaires afin de compléter votre dossier de candidature. Nous nous enquérons alors des délais dans lesquels vous serez en mesure de transmettre ces documents. Assurez-vous de bien tenir compte de votre agenda et estimez correctement votre charge de travail avant de vous prononcer sur une date afin d’être certain de pouvoir tenir vos engagements. Ne pas respecter vos engagements sera sans doute interprété comme un manque de professionnalisme et de fiabilité et risque d’être retenu contre vous lors des étapes ultérieures du recrutement.

4 - Répondre aux questions du recruteur avec des formules toutes faites.

Dans un tout autre registre, mais non moins préjudiciable, la bête noire des recruteurs, ce sont les personnes qui en entretien se montrent trop bons élèves. Certains candidats ou candidates semblent en effet réciter par cœur leur présentation en ne nous épargnant aucun des détails de leur parcours professionnel.

Or, ce que recherchent les recruteurs, ce sont au contraire les personnes authentiques, honnêtes et spontanées, capables de nous surprendre en répondant de manière audacieuse et pertinente aux questions qui leur sont posées.

Lors de l'entretien, vous devez tout mettre en œuvre pour prouver que vous avez parfaitement compris les spécificités de l’offre sur laquelle vous vous positionnez. C'est la raison pour laquelle, encore une fois, chaque entretien doit faire l'objet d'une préparation spécifique et ciblée. Votre discours doit obéir à une stratégie taillée sur mesure pour les besoins du poste. Se préparer à l'entretien, c'est donc très bien, mais réciter par coeur le même discours formaté à chaque entretien constitue à nos yeux une grave erreur !

5 - Raconter votre vie personnelle ou aller trop dans le détail de votre parcours.

L’entretien d'embauche est un exercice périlleux qui s'inscrit dans une durée très limitée. C'est pourquoi, le recruteur ne doit surtout pas avoir l'impression de perdre son temps avec vous. Veillez à ne pas trop vous attarder sur les détails de votre vie personnelle, ou pire, sur les expériences professionnelles négatives que vous avez pu faire. Il est certes important de nous donner les raisons pour lesquelles vous avez quitté une entreprise, mais il est tout à fait inapproprié de vous éterniser sur vos frustrations et rancœurs passées. Tâchez plutôt de vous montrer sous un jour positif en vous projetant dans l'avenir et en insistant sur les nouveaux défis que vous êtes impatient de relever.

Attention, car il ne s'agit pas non plus de trop prendre vos aises en entretien. Évitez de jouer les gros bras ou de verser dans l'excès de familiarité en pensant à tort que vous avez bien accroché avec le recruteur. La bonne alchimie entre candidat et recruteur joue certes un rôle important dans le bon déroulement de l'entretien, mais au bout du compte, et aussi sympathique que vous soyez, c'est bien votre professionnalisme et votre sérieux qui feront pencher la balance en votre faveur. Veillez donc à toujours rester professionnel et, surtout, n'oubliez jamais que c'est le recruteur qui guide l'entretien, pas vous.

6 - Ne pas avoir de question à poser.

Vous n'échapperez certainement pas à LA question incontournable qui vient souvent conclure tout entretien d'embauche : « Avez-vous des questions ? ». Notre conseil : surtout ne répondez pas par la négative ! Pour nous recruteurs, un candidat ou une candidate trop passive qui ne pose aucune question est en effet synonyme de manque de motivation. De plus, il serait dommage de rater une si belle occasion de démontrer une nouvelle fois votre intérêt pour le poste. D’autant qu’il vous suffit de bien vous renseigner sur l'entreprise et de lire attentivement le descriptif du poste pour trouver des questions intelligentes à même de conforter notre impression positive, qui plus est dans les dernières minutes de l'entretien.

Poser des questions pertinentes vous permet à la fois de rendre l'échange plus vivant et de contextualiser votre expérience. Vous pouvez par exemple poser des questions sur l’organigramme et la structure de l'entreprise afin de mieux comprendre ses rouages, sur sa gamme de produits, sur ses principaux clients ou encore sur les interlocuteurs avec lesquels vous serez amené à travailler. Ce faisant, vous pourrez rebondir sur votre expérience, en démontrant votre savoir-faire en lien avec les exigences demandées pour le poste. Demeurez néanmoins attentif tout au long de l'entretien et faites attention à ne pas poser de questions sur des points déjà évoqués.

7 - Ne pas faire preuve d’esprit de synthèse, en particulier pour les profils seniors.

On l'a vu, lors d'un entretien d'embauche, le temps est compté. C'est pourquoi, le but de l'exercice n'est certainement pas de vous remémorer dans son intégralité votre parcours professionnel. Il s'agit plutôt de tester votre esprit de synthèse en vous concentrant sur les expériences qui sont les plus significatives pour le poste visé.

Tout l’art de l’entretien consiste en effet à vous adapter à la personne qui est en face de vous, mais aussi au poste et à l’entreprise visée. Cela est d’autant plus vrai pour les profils seniors qui présentent des parcours particulièrement riches et diversifiés. Plutôt que de vous lancer dans l'énumération chronologique de vos expériences passées, essayez de synthétiser votre parcours en mettant en valeur la partie qui fera mouche avec les exigences du poste.

8 - Réciter votre CV pour répondre à la question « présentez-vous en quelques mots »

Autre grand classique des entretiens d’embauche, lorsque le recruteur vous demande de vous présenter en quelques mots, il ne s'agit surtout pas de réciter votre CV. En effet, nous avons déjà étudié votre CV, c’est la raison pour laquelle nous vous avons convié à l’entretien en premier lieu. Ce qu'un recruteur attend de vous, c’est que vous soyez capable de synthétiser votre parcours professionnel et de lui donner du sens en lien avec les compétences exigées par le poste.

Vous devez prouver au recruteur que vous avez mené une vraie réflexion sur les futurs challenges que vous aurez à relever, c’est à dire que vous êtes capable de vous situer avec justesse à un stade donné de votre carrière et de vous projeter dans vos responsabilités futures. Par cette question, le recruteur teste votre capacité à prendre du recul sur vous-même et sur votre parcours professionnel. En définitive, il s’agit d'évaluer votre esprit d'analyse, votre propension à l’auto-critique et vos capacités de synthèse, autant de compétences qui sont souvent demandées par les entreprises clientes.

9 - Poser des questions inopportunes sur les avantages extraprofessionnels.

Le dernier point que nous souhaitons aborder est celui qui concerne la rémunération. Les questions du type « quelle rémunération proposez-vous ? », « combien de jours de RTT pourrai-je poser ? » ou « quelle sera la marque de ma voiture de fonction ? » sont à proscrire durant l’entretien. En effet, et bien que votre intérêt à obtenir de telles informations soit tout à fait légitime, vous risquez en posant de telles questions de donner l'impression d'être plus intéressé par l'argent et les avantages extraprofessionnels que par le poste lui-même.

Il existe certes des astuces pour se renseigner de manière détournée sur ces sujet sensibles. Par exemple, mieux vaut demander subtilement « quelle sera la part de budget allouée à la fonction que j'occuperai ? » que poser abruptement la question « quel sera mon salaire ? ». Il n'en demeure pas moins que, par convention, la question de la rémunération et des avantages divers ne doit être abordée que du fait du recruteur lui-même et seulement en fin d'entretien. Consolez-vous néanmoins, car le fait qu'un recruteur en arrive à vous demander vos prétentions salariales est un signal clair pour vous signifier qu’il est sérieusement intéressé par votre candidature. Encore faut-il que vous sachiez lui répondre avec précision. Car savoir se vendre, ce n'est pas seulement être capable de prouver son expérience, son savoir-faire technique ou ses qualités humaines, mais c'est aussi et surtout connaître sa juste valeur sur le marché du travail.

En résumé, pour réussir votre entretien d'embauche, il vous faudra vous montrer déterminé, précis, disponible, spontané, professionnel, motivé, pertinent et synthétique, mais aussi confiant en ce qui concerne votre valeur sur le marché de l’emploi et vos prétentions salariales. Suivez attentivement le cours de l'entretien et essayez d'être le plus réactif possible en contextualisant vos réponses. Enfin, n'oubliez jamais que c'est le recruteur qui mène l'entretien et que c'est à vous de vous adapter à son rythme et non l'inverse. En vous invitant à prendre bonne note de ces quelques conseils, nous vous souhaitons persévérance et assiduité dans la préparation de vos futurs entretiens que nous espérons prospères.

Stéphanie MEY

Stéphanie MEY

Recruteuse Senior

Lyon, France

Fradeo